Veille Scientifique

Septembre 2005 : l’essor des tests immunochimiques de recherche de sang occulte dans les selles (RSOS) ?

Deux travaux ont évalué un test immunologique japonais (Magstream 1000) pour le dépistage à grande échelle en population à risque moyen de cancer colorectal (CCR).

La première étude rétrospective a été réalisée au Japon par T. Morikawa chez 21 805 volontaires asymptomatiques âgés de 20 à 91 ans. Chaque personne ne faisait qu’un seul test immunologique. Toutes bénéficiaient d’une coloscopie totale. Le taux de positivité était de 5,6 %, la sensibilité pour le diagnostic de cancer était de 65,8 % (55,4 – 76,3 %) et la spécificité de 94,6 % (94,3 – 94,9 %). La sensibilité était meilleure pour les lésions néoplasiques du colon distal (gauche, sigmoïde et rectum) que pour les lésions du colon proximal (transverse et droit).

La deuxième étude a été réalisée par G. Launoy dans le Cotentin chez 7 241 personnes âgées de 50 à 74 ans. Chaque personne réalisait deux tests de RSOS. Avec le seuil de positivité recommandé par le fabricant (20 µg d’hémoglobine/ml), le taux de positivité était de 5,8 %, la sensibilité du test pour le diagnostic de cancer était de 85 % (72 – 98 %) et la spécificité de 94 % (94 – 95 %). La valeur prédictive positive (VPP) était de 6 % pour un cancer et de 28 % pour un adénome de plus d’un centimètre.

Ces deux travaux confirment que les tests immunologiques sont plus sensibles que le test Hemoccult. Le gain de sensibilité est cependant obtenu au prix d’une spécificité moindre et d’une faible VPP pour le cancer. Ceci implique la réalisation d’un grand nombre de coloscopies (2 à 4 fois plus qu’avec l’Hemoccult) avec une grande proportion de coloscopies normales (et donc inutiles) en cas d’utilisation dans le cadre d’une campagne de dépistage organisé.

Le travail de G. Launoy a montré par ailleurs que, s’agissant d’un test quantitatif à lecture automatisée, il est possible de faire varier le seuil de positivité à la recherche d’un meilleur équilibre sensibilité/spécificité. En choisissant un seuil supérieur (50 µg d’hémoglobine/ml), le test acquiert un taux de positivité de 3,1 %, une spécificité de 97 % et une VPP de 9 % pour un cancer et de 40 % pour un adénome de plus d’un centimètre, performances proches du test Hemoccult, compatibles avec un dépistage de masse. Avec ce seuil, la sensibilité du test Magstream était de 75 % (68 – 83 %), supérieure à celle du test Hemoccult.

Le travail japonais a permis de confirmer la nécessité de répéter les tests de RSOS, la réalisation d’un seul test ne permettant pas d’atteindre un niveau satisfaisant de sensibilité.

Au total, ces tests immunologiques sont prometteurs : leurs principaux atouts sont leur meilleure sensibilité et l’automatisation de leur lecture avec la possibilité de moduler le seuil de positivité pour obtenir le meilleur compromis sensibilité/spécificité. Le principal inconvénient de ce test est son surcoût, de 8 à 10 € le test lu (contre 6 à 7 € pour le test Hemoccult).

Affaire à suivre…


Références

  • Launoy G. Int J Cancer 2005; 11:493-6.
  • Morikawa T. Gastroenterology 2005; 129:422-8.




Vous pouvez nous contacter à tout moment en nous écrivant un email.

Site réalisé avec le concours de la Ligue contre le cancer