Rôle des professionnels de santé

Tous les professionnels de santé sont concernés par le dépistage organisé des cancers, le médecin généraliste (MG) au premier chef.

  • Le MG, par sa compétence et sa proximité est le mieux placé pour prévenir et détecter le cancer, accompagner le patient et sa famille et coordonner les soins au cours de la maladie.

  • Les autres professionnels de santé peuvent tous exercer un rôle d’expert conseil dans le domaine de la prévention et du dépistage des cancers.



Rôle du MG        

Quel que soit le cancer, lorsqu’on interroge les personnes qui ne se sont pas fait dépister, la 1ère raison évoquée est que leur MG ne le leur a pas recommandé !
Pour le test Hemoccult, 85 % des tests remis par le MG sont faits : lorsque le MG recommande un dépistage, il est dans la grande majorité des cas écouté et suivi.
Lorsqu’un dépistage organisé recourt à des invitations par courrier, le taux de participation est faible, de l’ordre de 20 %. Lorsque c’est le MG qui remet le test, le taux de participation atteint 40 à 60 %.

Le succès du dépistage organisé des cancers dépend clairement de l’implication des MG. C’est particulièrement net pour le CCR et c’est la raison pour laquelle le cahier des charges national du dépistage organisé du CCR donne le 1er rôle aux MG. C’est vrai aussi pour le dépistage des autres cancers, dont les cancers féminins, sein et col de l’utérus.

Pour le dépistage du cancer colorectal les tâches du MG sont :

Mettre périodiquement à jour son dossier médical

Antécédents familiaux de CCR (et d’adénome) :

  •  Nombre de parents atteints
  •  Degré de parenté
  •  Age de survenue du cancer

Examens de dépistage et/ou diagnostiques (coloscopie) déjà effectués

  •  Date et résultat

Sélectionner le dépistage adapté à la personne et à son niveau de risque pour le CCR


Dépistage exclu, provisoirement ou définitivement

  •  Dépistage récent
  •  Maladie intercurrente
  •  Age hors limites
  •  Symptômes digestifs récents

Dépistage par coloscopie

  • Crohn, RCH pancolite d’évolution prolongée
  •  Antécédent personnel ou familial au 1er degré d’adénome ou de CCR

Dépistage par Hemoccult

  •  Femmes et hommes de 50 à 74 ans.

Convaincre la personne de l’intérêt de faire un test Hemoccult
Expliquer les modalités pratiques de réalisation du test

ainsi que les suites à donner en cas de test positif (= coloscopie) et de test négatif (= répéter le test tous les 2 ans).


Après réalisation du test, en expliquer les résultats

En cas de test positif

  •  rassurer (un test positif) n’est pas synonyme de cancer puisque la coloscopie ne détecte un cancer qu’une fois sur 10),
  •  convaincre de la nécessité de faire une coloscopie et adresser la personne au gastoentérologue ;

En cas de test (négatif)

  •  expliquer que le test négatif n’est pas synonyme de protection absolue contre le CCR et qu’il est nécessaire de répéter le test tous les 2 ans.

Coordonner les soins en cas de néoplasie colo-rectale dépistée
Transmettre toutes informations utiles à la structure de gestion

  • Fiches d’exclusion
  • Fiches de tests remis



Le rôle du MG dans la prévention du cancer colorectal ne se limite pas au dépistage.
La prévention primaire est aussi importante et le MG peut également prodiguer des conseils relatifs à :

  • l'Alimentation
  • l'Exercice physique
  • l'Alcool et au Tabac





Vous pouvez nous contacter à tout moment en nous écrivant un email.

Site réalisé avec le concours de la Ligue contre le cancer