Tests génétiques fécaux – tests ADN fécaux

La totalité de l’épithélium colique est renouvelée tous les 3 à 4 jours et chaque jour 10¹º cellules épithéliales sont éliminées dans les selles. C’est donc un épithélium en renouvellement rapide. Le turnover des cellules cancéreuses est lui aussi très rapide et des cellules cancéreuses « tombent » en permanence du cancer dans le tube digestif et sont éliminées avec les selles.

Le CCR résulte d’une succession d’évènements génétiques (mutations) qui conduisent à des anomalies des gènes qui régulent le fonctionnement des cellules du côlon. Ces anomalies peuvent être détectées au sein de l’ADN des cellules cancéreuses à l’aide de tests sophistiqués de biologie moléculaire (tests ADN). Il est possible d’effectuer de tels tests ADN sur un échantillon de selles. L’ADN des cellules exfoliées dans les selles est extrait et purifié puis amplifié par PCR. Les produits d’amplification sont ensuite analysés à la recherche de mutations. L’hétérogénéïté génétique du CCR est telle qu’il n’y a pas de mutation unique caractéristique. Il est donc nécessaire de rechercher la présence des mutations représentatives des différentes voies de la carcinogénèse colorectale telles que K-RAS, APC, TP 53, BAT 26 ou L-DNA. Un test a été commercialisé qui recherche 21 mutations. Les premières évaluations des performances de ce test faisaient état d’une sensibilité de 62 à 91 % pour le diagnostic de CCR, de 31 à 82 % pour le diagnostic d’adénome et d’une spécificité de 93 à 96 % pour le diagnostic de CCR. Evaluée dans des conditions de dépistage chez des personnes asymptomatiques à risque moyen, la sensibilité de ce test n’était que de 52 % pour le diagnostic de CCR, de 41 % pour le diagnostic de cancer ou d’adénome en dysplasie de haut grade et de 18 % pour le diagnostic de cancer ou d’adénome avancé, sensibilité significativement supérieure à celle du test Hemoccult. La spécificité du test ADN était de 94,4 %, légèrement inférieure à celle du test Hemoccult mesurée à 95,2 %.
 
 

Avantages théoriques des tests ADN fécaux        

  • meilleure sensibilité que les tests de RSOS, en partie liée au fait que les cellules néoplasiques sont éliminées en permanence dans les selles alors que les lésions néoplasiques ne saignent pas toujours et, lorsqu’elles saignent, ne saignent que de façon intermittente.

  • meilleure spécificité que les tests de RSOS : la présence de sang dans les selles peut provenir d’autres lésions que néoplasiques.


Inconvénients des tests ADN fécaux        

  • les performances de ces tests doivent encore être évaluées en population générale : il faudra confirmer que les tests ADN sont plus sensibles que le test Hemoccult sans que leur spécificité ne soit moindre pour limiter le nombre de coloscopies inutiles.

  • le coût est très élevé, de 400 à 800 $ par test.

  • la technologie utilisée est très sophistiquée et seul un petit nombre de laboratoires sont capables de réaliser ces tests.

  • l’acceptabilité risque d’être mauvaise car le test ADN est réalisé sur une selle entière (et non pas sur un échantillon) qu’il faut conserver au frais et analyser rapidement…


Au total, il s’agit d’une voie de recherche intéressante. Les performances de ces tests doivent encore être évaluées en population générale pour préciser leur utilité en pratique quotidienne. Leur application au dépistage individuel ou de masse sera ensuite conditionnée par le coût et la sophistication des techniques utilisées. Ces tests pourront peut être trouver aussi une place dans l’exploration de certaines personnes à haut risque en complément de l’endoscopie.


Références

  • Ahlquist DA et al. Stool screening for CRC : evolution from occult blood to molecular markers. Clinica Chimica Acta 2002;315:157-68
  • Imperiale TF et al. Fecal DNA versus fecal occult blood for CRC screening in an average-risk population. N Engl J Med 2004;351:2704-14.




Vous pouvez nous contacter à tout moment en nous écrivant un email.

Site réalisé avec le concours de la Ligue contre le cancer