Recherche de sang occulte dans les selles

Le dépistage par recherche de sang occulte dans les selles (RSOS) est fondé sur le principe que les CCR et les gros adénomes peuvent être responsables de saignements. Les tests de RSOS permettent de détecter dans les selles des traces de sang invisibles à l’œil nu. Le saignement des CCR et gros adénomes est intermittent plutôt que continu, ce qui implique la nécessité de répéter les tests pour le détecter.

La présence de sang dans le tube digestif est cependant banale, provenant de sources diverses, néoplasiques ou non. De plus, la présence de sang dans les selles n’est pas un phénomène discontinu, de type 0-1, absent-présent : du sang est présent dans les selles en permanence, depuis des taux physiologiques infimes (< 2 ml par jour) jusqu’à des taux élevés, pathologiques. C’est donc un phénomène continu et les performances des tests utilisés pour la RSOS vont dépendre des seuils de détection choisis. Un seuil bas offre une sensibilité élevée au prix d’une faible spécificité et un seuil élevé une faible sensibilité et une haute spécificité. Sensibilité et spécificité sont en relation inverse.

Les tests de RSOS sont fondés sur 3 technologies principales : les tests au guaïac, les tests immunochimiques et les tests hème-porphyrine.

  • les tests au guaïac (Hemoccult II R, Hemo Fec R, Hemoccult Sensa R) détectent l’activité peroxydase de l’hème intacte. Ces tests ont l’inconvénient de réagir aussi avec toute peroxydase présente dans les selles, y compris celles d’origine alimentaire. La viande rouge saignante, les navets, les brocolis, le raifort peuvent être responsables d’un test faussement positif. Au contraire, la vitamine C (au-delà d’un gramme) peut entraîner un test faussement négatif.

  • les tests immunochimiques (Hème Select R, Hemotop R, Magstream R …) sont plus spécifiques et ne détectent que la globine d’origine humaine. Ils ne nécessitent pas de régime alimentaire et ne détectent pas les saignements digestifs d’origine haute, gastro-intestinale.

  • les tests hème-porphyrine (Hemoquant R) détectent l’hème et ses produits de dégradation.


Les performances des tests de RSOS sont très variables en fonction :

  • du type de test

  • de l’alimentation pour les tests au guaïac

  • du seuil de détection choisi

  • de la quantité de sang émise par le saignement

  • et du lieu de saignement (un saignement d’origine haute, gastro-duodénale, n’est pas détecté par un test immunochimique, alors que s’il est abondant, il peut être détecté par un test au guaïac).


Le test Hemoccult II est le test le plus utilisé pour le dépistage de masse du CCR. C’est le test de référence qui répond à toutes les conditions requises pour le dépistage de masse. C’est le seul test dont l’efficacité sur la réduction de mortalité et d’incidence du CCR a été démontrée par des essais randomisés. D’autres tests de RSOS sont disponibles qui n’ont pas été évalués pour le dépistage de masse du CCR.


Références

  • Ahlquist DA. Fecal occult blood testing for colorectal cancer. Can we afford to do this ? Gastroenterol Clin N Am 1997;26:41-55.
  • Bond JH. Fecal occult blood test screening for colorectal cancer. Gastrointest Endosc Clin N Am 2002;12:11-21.




Vous pouvez nous contacter à tout moment en nous écrivant un email.

Site réalisé avec le concours de la Ligue contre le cancer