En pratique, que faire en cas de symptômes ?

Ne pas prescrire d’Hemoccult ou autre recherche de sang occulte dans les selles !
Ce sont des tests de dépistage, pas des examens diagnostiques !



douleurs abdominales, troubles du transit (diarrhée, constipation)        

  • évaluer leur ancienneté :
  • s’il s’agit de symptômes anciens, chroniques, le diagnostic de troubles fonctionnels intestinaux (colopathie) est établi et en l’absence de modification récente des symptômes il n’est pas justifié de faire une coloscopie.
  • si les symptômes sont récents, c’est la réponse au traitement symptomatique et la durée des symptômes qui déterminent l’attitude diagnostique. Le rendement diagnostique de la coloscopie est faible dans ces indications.

Recommandations de l'ANAES 2004

« une coloscopie totale est recommandée si les symptômes apparaissent après 50 ans (grade C). Avant 50 ans, une coloscopie totale est recommandée en l’absence de réponse à un traitement symptomatique (accord professionnel). »

Altération de l’état général        

  • ne pas prescrire de marqueurs tumoraux !!!
  • ne pas prescrire de recherche de sang occulte dans les selles (RSOS) ni de coloscopie : un cancer colorectal (CCR) n’est responsable d’une altération de l’état général que lorsqu’il est évolué, métastatique : la réalisation d’une échographie abdomino-pelvienne et d’une radiographie pulmonaire (voire d’un scanner thoraco-abdomino-pelvien) aura un meilleur rendement diagnostique.

Anémie        

  • d’abord s’assurer qu’il s’agit bien d’une anémie ferriprive avant d’envisager d’éventuelles explorations digestives : anémie hypochrome, microcytaire, ferritine abaissée, coefficient de saturation de la transferrine abaissé. (Pour mémoire, le taux de fer sérique n’a aucune valeur diagnostique).
  • en cas d’anémie ferriprive avérée, des explorations endoscopiques digestives s’imposent, gastroscopie et coloscopie. Il n’y a pas de place pour la RSOS.

    Seule exception, la femme non ménopausée dont les pertes de sang menstruelles, si elles sont fréquentes et/ou abondantes, peuvent être cause d’anémie ferriprive. Dans ce cas, la gastroscopie doit être réalisée systématiquement (avec biopsies duodénales systématiques à la recherche d’une éventuelle maladie coeliaque). La coloscopie est plus discutable : elle est indiquée en cas de symptômes digestifs ou d’anémie profonde ; elle peut éventuellement être précédée d’une RSOS (test immunochimique qui est le plus sensible pour détecter un saignement d’origine colorectale) chez la femme jeune sans antécédent familial de CCR.

Rectorragies        

  • la réalisation d’une RSOS n’a aucun intérêt !
  • une exploration endoscopique digestive basse s’impose : au minimum anuscopie couplée à une rectosigmoïdoscopie, voire une coloscopie après 50 ans.



Vous pouvez nous contacter à tout moment en nous écrivant un email.

Site réalisé avec le concours de la Ligue contre le cancer