Séquence adénome-cancer
Fréquence        

La plupart des CCR se développent sur un adénome : on estime que dans les pays occidentaux à haut risque de CCR, 50 à 85 % des CCR naissent sur un adénome. Cette proportion serait plus faible dans les pays à faible risque de CCR et au Japon.

La proportion de CCR nés sur un adénome est plus importante pour les cancers du rectum et du colon gauche, de 75 à 85 % et plus faible pour les cancers du colon droit, inférieure à 50 %. Les adénomes sont très fréquents et leur fréquence augmente avec l’âge : dans les pays occidentaux, après 65 ans, au moins un tiers des hommes et un quart des femmes ont des adénomes.
 
 

Transformation maligne        

Heureusement, tous les adénomes ne se transforment pas en cancer, loin de là ! Seule une minorité des adénomes, moins de 5 %, peut évoluer et se transformer en cancer. Le risque qu’un adénome se transforme en cancer dépend de 4 facteurs :

  • la taille de l’adénome : le risque de trouver un foyer de cancer au sein d’un adénome de moins de 10 mm est inférieur à 1 %. Ce risque est de 10 % entre 10 et 20 mm et de 30 % au-delà de 20 mm.

  • le nombre d’adénomes : plusieurs études ont montré que la présence de nombreux adénomes était associée à un risque plus élevé de CCR.

  • le type histologique des adénomes : la présence d’un contingent villeux (adénome villeux ou tubulo-villeux) augmente le risque de transformation maligne de l’adénome. Au contraire, un adénome sans contingent villeux (adénome tubuleux) ne contient un foyer de cancer que dans 1 % des cas.

  • le degré de dysplasie : un adénome est par définition une dysplasie (synonyme néoplasie intraépithéliale). La dysplasie correspond à des anomalies cellulaires, nucléaires et cytoplasmiques associées à des anomalies architecturales de l’épithélium des glandes. Les anomalies sont progressivement croissantes, d’abord de bas grade puis de haut grade avec désorganisation architecturale marquée. L’apparition d’une dysplasie de haut grade témoigne des anomalies génétiques précoces de la transformation maligne.



Adénome avancé (advanced adenoma)        

La connaissance des facteurs de risque de transformation maligne des adénomes a abouti au concept d’adénome avancé, ou adénome à haut risque de transformation maligne. L’adénome avancé est un adénome

  • de taille ≥ 1 cm
  • ou à contingent villeux supérieur à 25 %
  • ou en dysplasie de haut grade

L’adénome avancé est la véritable cible utile du dépistage (plus que l’adénome ou le cancer). Le diagnostic et l’exérèse endoscopique d’un adénome avancé permettent d’éviter sa progression quasi inéluctable vers le cancer.


Délai d’apparition du cancer        

Le CCR ne se fabrique pas du jour au lendemain !

Le délai entre l’apparition d’un adénome visible et sa transformation en cancer est long, de l’ordre de 9 à 12 ans. Ce délai fait tout l’intérêt du dépistage qui permet d’intervenir avant la transformation maligne.


Références

  • Bedenne L. et al. Adenoma-carcinoma sequence or de novo carcinogenesis ? A study of adenomatous remnants in a population-based series of large bowel cancers. Cancer 1992;69:883-8.

  • Winawer SJ et al. The advanced adenoma as the primary target of screening. Gastrointest Endosc Clin N Am 2002;12:1-9.




Vous pouvez nous contacter à tout moment en nous écrivant un email.

Site réalisé avec le concours de la Ligue contre le cancer