Recommandations pour le dépistage du CCR, risque moyen
En France        

Conférence de consensus, prévention, dépistage et prise en charge des cancers du colon (1998)

Extrait de la conférence

« Le dépistage du CCR est possible par la recherche de saignement occulte dans les selles dans le cadre de campagnes de dépistage de masse soumises à des conditions strictes de réalisation. Son efficacité pour les sujets à risque moyen ne pourra être définitivement affirmée en France qu’après l’examen des résultats de l’étude bourguignonne et la démonstration de sa faisabilité par des études pilotes. Il est conseillé de les réaliser rapidement dans des départements aptes à respecter un cahier des charges précis, de préférence là où existe un registre du cancer.

Le dépistage du CCR par la recherche du sang occulte dans les selles ne saurait être proposé à titre individuel par un médecin à son patient en dehors du cadre de campagnes de dépistage organisées. La demande individuelle formulée par un patient doit être appréciée dans le cadre de la relation médecin-malade, en fonction des facteurs de risque. Elle ne relève en aucun cas du dépistage. »

Commentaire

Suite à ces recommandations, le dépistage organisé par Hemoccult tous les 2 ans s’est mis en place dans 22 départements français pilotes à partir de 2003.

L'expérience des départements pilotes devait initialement être évaluée pour définir une statégie nationale dans les 4 années suivant leur démarrage (Plan Cancer). En fait, Mr Douste-Blazy, ministre de la santé, précipitait le pas et décidait dès le printemps 2005 une extension du dépistage organisé du cancer colorectal à l'ensemble du territoire dès 2006.


Aux Etats-Unis        

Depuis les années 90, le dépistage du CCR est recommandé et remboursé pour les personnes à risque moyen à partir de 50 ans. Les modalités de remboursement diffèrent selon les Etats et les modalités de dépistage recommandées diffèrent selon les sociétés savantes, mais le système repose sur un dépistage individuel à options : chacun choisit selon ses préférences après information sur les avantages et inconvénients de chaque modalité de dépistage.

Les arguments en faveur du libre choix entre plusieurs options sont qu’il existe plusieurs modalités efficaces de dépistage sans que l’une soit incontestablement supérieure aux autres et que la possibilité de choisir son test de dépistage selon ses préférences personnelles augmente les chances qu’un test soit effectivement réalisé.
 

American Gastroenterology Association (AGA) 2003

  • recherche de sang occulte dans les selles (RSOS) tous les ans (guaïac ou immunochimique)
  • recto-sigmoïdoscopie (RS) tous les 5 ans
  • RSOS tous les ans et RS tous les 5 ans
  • coloscopie tous les 10 ans
  • lavement baryté double contraste (LBDC) tous les 5 ans
  • voir les recommandation de l'AGA 2003 [site en anglais]

U.S. Preventive Services Task Force (USPSTF) (2002)

  • RSOS tous les 1 ou 2 ans (guaïac)
  • RS tous les 5 ans
  • RSOS tous les 1 ou 2 ans et RS tous les 5 ans
  • voir les recommandations de l'UPSTF 2002 [Site en anglais]

American Cancer Society (ACS) (2001)

  • RSOS tous les ans
  • RS tous les 5 ans
  • RSOS tous les ans et RS tous les 5 ans
  • coloscopie tous les 10 ans
  • LBDC tous les 5 ans
  • voir les recommandations de l'ACS 2001 [Site en anglais]

American College of Gastroenterology (ACG) (2000)

  • Stratégie privilégiée : coloscopie tous les 10 ans
  • Stratégie alternative : RS tous les 5 ans et RSOS tous les ans
  • Autre stratégie acceptable sous certaines conditions : LBDC tous les 5 ans et RSOS tous les ans
  • voir les recommandations de l'ACG 2000 [site en anglais]

Au Canada        
Canadian Association of Gastroenterology, Canadian Digestive Foundation, Canadian Society of Primary Care Gastroenterology (2004)


  • RSOS tous les 2 ans
  • RS tous les 5 ans
  • RSOS tous les 2 ans et RS tous les 5 ans
  • LBDC tous les 5 ans
  • coloscopie tous les 10 ans

En Australie        
National Health and Medical Research Council (2000)

  • RSOS au moins tous les 2 ans (au mieux tous les ans)
  • En sus, on peut proposer une RS tous les 5 ans

En Europe        
European Union Advisory Comity on Cancer Prevention (2000)

  • RSOS tous les 1 ou 2 ans

La prise de conscience du problème de santé publique posé par le CCR est réelle. Aucun pays européen n’a cependant à ce jour de programme national de dépistage : les recommandations varient selon les pays de même que les politiques de mise en œuvre des stratégies adoptées.

En Grande Bretagne        

Pas de recommandation dans l’attente des résultats de l’étude contrôlée sur la RS (Flexiscope trial) attendus en 2005 et des campagnes pilotes sur la RSOS publiés en 2004.

En Allemagne        

Pas de campagne nationale de dépistage de masse. Le dépistage individuel par RSOS tous les ans est proposé, mais rencontre une faible participation.



Vous pouvez nous contacter à tout moment en nous écrivant un email.

Site réalisé avec le concours de la Ligue contre le cancer