Effets indésirables du dépistage organisé du cancer colorectal par recherche de sang occulte dans les selles



J Lacroute, I Gendre, JM Boyaval, P Perrin, B Denis

Les effets indésirables (EI) du dépistage organisé (DO) du cancer colorectal (CCR) n’ont pas été aussi bien évalués que pour le cancer du sein. Le but de ce travail était de tenter 1) un recensement exhaustif des EI du DO du CCR par recherche de sang occulte dans les selles et 2) de déterminer les modalités optimales de recensement des EI en routine.


Méthodes        

Recensement des EI du DO du CCR d’un département pilote selon 4 modalités : 1) notification par les gastroentérologues sur le compte rendu de coloscopie, 2) fiche EI à disposition des médecins généralistes (MG), 3) questionnaire rétrospectif adressé à tous les MG sur les EI survenus chez leurs patients examinés par coloscopie et 4) questionnaire rétrospectif adressé par courrier à toutes les personnes examinées par coloscopie.


Résultats        

En juin 2007, après 2 campagnes de DO, 173 352 tests étaient réalisés par 114 137 personnes différentes. 3810 coloscopies étaient colligées dont 2194 ne révélaient pas de lésion néoplasique, soit un taux de 57.6% de faux positifs. Au total 16 (4.2‰) EI majeurs étaient recensés : 5 (1.3‰) perforations, 7 (1.8‰) hémorragies, 2 syndromes douloureux abdominaux et 2 angoisses majeures avec hospitalisation. Ils conduisaient à 15 hospitalisations, 5 interventions chirurgicales, 3 transfusions et 6 coloscopies. 9 (56.3%) étaient signalés par les gastroentérologues, 9 (56.3%) par les MG sur le questionnaire rétrospectif, 6 (37.5%) par les patients sur le questionnaire rétrospectif et 1 (6.3%) par la fiche EI. 4 interventions chirurgicales excessives étaient recensées, 1 pour image suspecte à l’imagerie non confirmée lors de l’intervention et 3 pour diagnostic erroné de polype malin T1 au lieu de carcinome in situ. 50 coloscopies étaient renouvelées dans un délai rapproché < 6 mois sans réelle justification. 2262 personnes dépistées (59.4%) répondaient au questionnaire rétrospectif et rapportaient 252 (11.1%) EI mineurs dont 48 douleurs après coloscopie, 56 troubles du transit, 61 ballonnements, 16 nausées / vomissements et 11 syndromes infectieux bénins. 494 (21.8%) estimaient le courrier d’annonce du résultat angoissant, 397 (17.6%) la purge très pénible et 86 (3.8%) la coloscopie douloureuse. 16 se plaignaient d’un délai de rendez vous de coloscopie trop long et 10 de dépassements d’honoraires excessifs demandés par le gastroentérologue et/ou l’anesthésiste. 297 MG (50.9%) répondaient au questionnaire rétrospectif et notifiaient 82 EI (4.4%) concernant 1877 patients. Seules 6 fiches EI étaient remplies par les MG.


Conclusion        

Dès lors qu'ils sont recherchés activement, les EI du DO du CCR sont plus fréquents qu'initialement rapporté. La plupart sont cependant mineurs et la balance bénéfices / risques du DO reste favorable. La population cible mérite d’en être informée. Le recensement des EI est difficile et nécessite plusieurs sources d'information. La notification des EI par les gastroentérologues n'est pas suffisante car elle ne repère que la moitié des EI graves. La fiche EI peut être abandonnée. Le questionnaire patient muni d'une enveloppe T est l'outil le plus sensible pour le recensement des EI mineurs. Il pourrait être donné à toute personne relevant d'une coloscopie.



Vous pouvez nous contacter à tout moment en nous écrivant un email.

Site réalisé avec le concours de la Ligue contre le cancer