Dépistage organisé du cancer colorectal et médecine du travail



O. Rocher, V. Oster, JP Koehnlein, P. Ploye, E. Uettwiller, I. Gendre, P. Perrin, B. Denis

Le cahier des charges national stipule que les « médecins du travail (MT) doivent être informés des modalités de déroulement des campagnes de dépistage des cancers pour les amener à inciter les personnes concernées à participer au programme ». Le but de ce travail était d’évaluer le rôle des MT dans une campagne de dépistage organisé (DO) du cancer colorectal (CCR).

Méthodes        

Evaluation de la contribution des MT à la campagne de DO du CCR d’un département pilote et enquête d’opinion auprès des MT et médecins généralistes (MG) de ce département et du département voisin sans DO.


Résultats        

98 MT exerçaient dans le département avec DO, 19 autonomes et 79 en associations interentreprises. 60 MT (61.2%) bénéficiaient d’une formation spécifique au DO du CCR, 25 en participant aux réunions de formation des MG et 35 lors de 3 réunions de formation spécifiques destinées à 3 associations de MT. 71 MT (72.4%) disposaient du matériel nécessaire à la campagne, en particulier des tests. Lors de la 1ère campagne, 90 706 personnes (55.4% des personnes éligibles) étaient dépistées dont 911 (1.0%) par les MT. 44 MT (44.9%) distribuaient effectivement les tests (de 1 à 67 tests par MT ; moyenne = 20.7 ; médiane = 11). 813 (89.1%) tests étaient distribués par 22 MT. Dans la tranche d’âge 50-54 ans, 22 749 personnes étaient dépistées dont 665 (2.9%) par les MT (dont 426 (4.0%) hommes par les MT). Dans la tranche d’âge 55-59 ans, 20 709 personnes étaient dépistées dont 218 (1.1%) par les MT. Chez les 50 – 59 ans, 20 (2.2%) tests distribués par les MT étaient positifs et 17 (85%) coloscopies étaient réalisées. La valeur prédictive positive pour une lésion néoplasique était de 29.4%, non significativement différente de celle des tests distribués par les MG (37.5%). La participation des 50 - 54 ans était de 44.5%, significativement inférieure à celle des tranches d’âge plus élevé (60.4%)(respectivement 42.4% et 59.0% chez les hommes). 68 MT (25.9%) répondaient à l’enquête et 54 (80.6 %) considéraient que le rôle des MT dans le DO du CCR était important ou primordial. 690 MG (38.0 %) répondaient à la même enquête et 484 (70.5 %) estimaient que le rôle du MT était important ou primordial. Il n’y avait pas de différence d’opinion significative entre les 2 départements, avec et sans DO.


Conclusion        

Seule une minorité de MT participe activement à la campagne de DO du CCR. La participation des 50 – 54 ans est insuffisante alors qu’elle représente un enjeu important en terme d’effectifs (31.3% de la population éligible pour le DO) et de nombre potentiel d’années de vie gagnées / perdues. L’augmentation de la participation des 50 – 54 ans ne sera obtenue qu’avec la mobilisation des MT qui représentent le seul contact médical pour un quart des salariés. Ce rôle important est reconnu par la grande majorité des MT et des MG. Le cahier des charges national devrait évoluer de sorte que le MT soit incité à distribuer les tests et indemnisé pour ce faire au même titre que le MG (le suivi du test restant la prérogative du MG). Les spécificités des MT sont telles que leur formation gagne à être séparée de celle des MG pour une meilleure efficience en terme de mobilisation.



Vous pouvez nous contacter à tout moment en nous écrivant un email.

Site réalisé avec le concours de la Ligue contre le cancer